Comment RightCom Technologies s’engage pour un accès facilité à l’eau potable pour les populations les plus défavorisées du monde.

March 22, 2018
March 22, 2018 Qetsia

RightCom Technologies, est engagé dans une action majeure pour l’humanité :  le droit à l’eau.

2,1 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable salubre.

Aujourd’hui dans le monde, 2,1 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable salubre. Sur ces 2,1 milliards de personnes, 844 millions ne bénéficient même pas d’un service élémentaire d’approvisionnement en eau potable. Parmi ces personnes, 263 millions vivent à plus de 30 minutes du premier point d’eau et 159 millions continuent à boire de l’eau de surface non traitée puisée dans des cours d’eau ou dans des lacs. Dans le village de Katagon, un arrondissement de la commune d’Akpro-Missérété située à 10km de Porto-Novo (la capitale politique du Bénin), la seule source d’eau la plus proche est un marigot. Ce point d’eau extrêmement pollué et insalubre entraine des maladies qui sont mortelles pour les habitants.

L’eau est un puissant vecteur de développement humain et d’organisation sociale. Sans accès à l’eau potable, aucun développement économique n’est envisageable. Mais plus encore, de l’accès à l’eau dépend l’accès à la santé, à l’éducation, à l’autonomie des femmes. Ce droit universel consacré par les Nations Unies est primordial dans la lutte contre la pauvreté car il est une étape essentielle pour d’autres objectifs concernant la santé, l’éducation, l’égalité femmes-hommes et le développement durable.

Les récents débats autour de l’efficacité de l’aide au développement démontrent plus que jamais à quel point il est impératif d’agir en toute intelligence pour assurer un accès équitable à l’eau sur le continent africain. Dans le cadre de son programme philanthropique de lutte contre la pauvreté, RightCom Technologies s’engage auprès des populations les plus pauvres pour leur garantir un accès permanent à l’eau potable car un trop grand nombre de personnes n’a toujours pas accès à ces services, en particulier dans les zones rurales.

le manque d’accès à l’eau potable a un impact négatif directement quantifiable sur la vie des millions d’hommes mais surtout de femmes dans le monde.

 En effet, il a été prouvé que le manque d’accès à l’eau potable a un impact négatif directement quantifiable sur la vie des millions d’hommes mais surtout de femmes dans le monde. Le manque d’eau, sa mauvaise qualité et un assainissement insuffisant ont des répercussions négatives sur la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance et les possibilités d’éducation pour les familles pauvres du monde entier, notamment pour les femmes et les filles accaparées par la corvée d’eau. Chaque jour, des millions de femmes et de filles parcourent plusieurs kilomètres pour se procurer de l’eau, renforçant le cercle vicieux de l’inégalité et de la pauvreté. Dans certaines régions du monde, les petites filles sont progressivement déscolarisées parce qu’elles doivent aider leur mère à aller chercher l’eau à plusieurs kilomètres de leur lieu d’habitation.

Un forage pour la vie!

Au Bénin, l’accès à l’eau est reconnu comme un droit fondamental. Dans ce contexte, le pays a fait de grands progrès, dans la réalisation de l’Objectif  n°6 des Objectifs du Développement Durable (ODD) : Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau.

Cependant, il y a encore une partie importante de la population qui manque de ce droit fondamental. Afin d’augmenter substantiellement le taux d’accès à l’eau potable, RightCom a cofinancé en 2017 via la Fondation Wannou, l’installation d’un nouveau forage dans la localité de Katagon.

L’idée du financement de ce forage vient répondre à des problèmes d’accès à l’eau rencontrés sur le continent Africain. A Katagon, l’accès à l’eau potable par les populations était problématique : le seul point d’eau disponible était contaminé par des bactéries, des virus, des métaux et avait de ce fait des impacts négatifs sur la santé de la population et particulièrement des enfants. La construction de ce forage a eu un impact positif sur la vie des femmes, des enfants et des hommes de la localité.

le village a atteint un taux d’accès à l’eau potable de 100% alors que quelques années auparavant le taux était encore inférieur à 5%

En effet, d’une part grâce à la mobilisation autour de ce projet, le village a atteint un taux d’accès à l’eau potable de 100% alors que quelques années auparavant le taux était encore inférieur à 5%. D’autre part, la construction du forage permet de diminuer de 50% le nombre de cas de maladies diarrhéiques touchant dans la plupart des cas les enfants. Puis, l’accès à l’eau potable a eu un impact positif sur l’accès à l’éducation des filles. Le projet va aussi favoriser le développement d’entreprises locales et leur donner du pouvoir économique.

 

A propos:

RightCom Technologies s’engage depuis plusieurs annés auprès des porteurs de projets à long terme qui proposent des solutions durables en matière de lutte contre la pauvreté. Depuis sa création, la société a élargi son implication dans de nombreux projets en faveur de l’accès plus inclusif  à l’eau, à la santé et à l’éducation en faveur des populations les plus défavorisées. L’objectif est d’assurer d’ici 2030 pour chaque habitant du continent africain, un accès universel et équitable à une eau qui ne présente aucun danger sanitaire.

REPÈRES
Près de 800 millions de personnes ne bénéficient pas d’un accès à une source d’eau améliorée et près d’un tiers de la population mondiale boit une eau qui met en danger sa santé.​
4 400 enfants (1,8 million par an) meurent chaque jour à cause de l’eau sale ou de mauvaises conditions d’hygiène.
2,5 milliards de personnes manquent d’installations sanitaires de base.
800 millions de personnes sont sous alimentées.
Les coûts résultant du manque d’accès à une eau salubre s’élèvent à 170 milliards de dollars, soit 2.6% du PIB des pays en développement.
On estime ainsi à 443 millions le nombre de jours de scolarité perdus chaque année à cause de ce problème.
La consommation moyenne d’un américain représente 600 litres d’eau/jour, 150 litres/jour pour un européen contre 10 litres/jour pour un africain. (OMS)